panneau alu

Choisir un panneau en alu Dibond 

Les agences publicitaires en ont fait leur support, l’alu Dibond devient également l’allié des designers et des décorateurs d’intérieur. Servant à fabriquer des panneaux, ce matériau plaît à ses utilisateurs comme à ses consommateurs. En consiste-t-il vraiment ?

L’alu Dibond par définition

Dibond a vu le jour il y a une vingtaine d’années, quand 3A Composites a conçu les premières plaques. C’était à ses débuts une marque déposée qui s’est transformée, au fil du temps, en appellation du support même.

Ce substrat rigide est confectionné à partir d’un système « sandwich » dont deux plaques d’aluminium sont thermocollées à une plaque polyéthylène de chaque côté. Cet assemblage a engendré ce matériau dont la rigidité et la planéité restent les principaux caractères.

Inaltérable, cette formule l’est également et c’est ainsi que les publicitaires l’utilisent pour des usages à l’extérieur. Mais grâce à sa capacité d’adaptation à toutes les surfaces planes comme le mur, les architectes d’intérieur, les photographes s’en servent pour exposer leurs œuvres ou comme tableau décoratif.

Les différents types de l’alu Dibond

Très sollicité dans les impressions et graphismes à support rigide, ce type de plaque se décline en deux textures.

On peut trouver alors de l’alu Dibond classique, plutôt employé dans les plaques et enseignes publicitaires. De couleur blanche, il s’accorde à des couleurs, à tout type de figures graphiques, même les traits les plus fins et les structures épurées.

On a aussi l’alu Dibond brossé dont la couleur se caractérise par un gris métallisé. Les décorateurs et les reproducteurs de photographies en noir et blanc préfèrent cette seconde variété pour leurs œuvres.

Plusieurs épaisseurs sont accessibles, ainsi le panneau blanc peut se décliner en 3 mm, en 4 mm ou 6 mm tandis que l’idéal pour un panneau brossé est celui à 3 mm d’épaisseur.

Des utilisations adéquates

Très sollicité dans la publicité, l’alu Dubond est surtout utilisé pour des panneaux signalétiques et les enseignes. De par sa résistance, il s’adapte aussi bien pour un usage à l’intérieur comme à l’extérieur. On s’en sert alors pour des plaques professionnelles, pour des consignes de sécurité, pour d’autres écriteaux. Les palissades de chantier sont aussi les usages courants dans lesquels ce type de panneau est utilisé.

Mais actuellement, beaucoup de designers et opérateurs en photographies d’art l’emploient dans leurs travaux. Beaucoup font appel à des impressions directement sur ce support, mais, pour plus de bons résultats, le contrecollage donne des effets impressionnants. La reproduction de tableaux, les expositions d’art sont très réussies avec ce second type.

L’impression se fait avec des encres UV, mais aussi avec la formule numérique haute définition reproduisant des détails méticuleux. On peut aussi parler de sérigraphie quand son utilisation est opérationnelle en quantité. Le contrecollage se fera avec une impression sur vinyle qui sera collée ensuite à la plaque.

Très présent dans les salons professionnels comme sur les façades d’un local, l’usage de ce « matériau composite » est très varié. D’autant plus que l’on pourra « personnaliser » nos compositions avec !

spacer

Leave a reply