1200px-Maryam_Rajavi_2017

Choisir Maryam Radjavi : la porte-parole des femmes iraniennes

Dans de nombreux pays du monde, les femmes sont victimes de plusieurs injustices. En Iran, les inégalités sont encore plus flagrantes à cause de la tyrannie des mollahs. Néanmoins, cette situation est en train de changer grâce à l’intervention de quelques militants. Parmi eux, on compte Maryam Radjavi, l’actuelle présidente du Conseil National de la Résistance Iranienne.

Le parcours de Maryam Radjavi

Née le 4 décembre 1953 à Téhéran, la capitale de l’Iran, Maryam Radjavi est issue de la classe moyenne. Elle a étudié à l’Université de technologie de Sharif afin de devenir ingénieure en métallurgie. Sa lutte contre la République islamique d’Iran débute dans les années 70.Elle  a été marquée par des événements qui ont bouleversé sa vie. Son frère, Mahmoud, membre des moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI) a été emprisonné. Plus tard, il y a eu le meurtre de sa sœur aînée Narguesse des atrocités orchestrées par le Chah. Pire encore, son autre sœur (enceinte de 8 mois) a été torturée avant d’être pendue.

Suite à la révolution antimonarchique de 1979, elle décide de se présenter aux législatives dans le but d’apporter un changement démocratique en Iran. Une tentative qui échoua à cause des fraudes électorales du régime intégriste. Par la suite, elle sera nommée codirigeante de l’OMPI par son mari, Massoud Radjavi. À partir de ce moment-là, elle accède à des postes de plus en plus importants au sein de l’organisation .Elle devient  secrétaire générale en 1989 puis présidente parlement iranien en exil en 1993.

Ce qui lui a valu le surnom de « Soleil de la Révolution »

L’objectif de Maryam est de forger l’Iran de demain en mettant en place un régime en faveur de la démocratie et sans aucune influence religieuse. Cela permettra par la suite d’établir de nouvelles lois assurant l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour  ce faire, elle a apporté un nouveau regard sur l’islam. Une image qui est en contradiction avec l’interprétation des mollahs. Cela lui a permis d’envoyer des messages de tolérance propices  à la démocratie tout en remettant en question le statut des femmes. En effet, dans sa lutte contre le régime islamique, l’une des stratégies adoptées par Maryam consiste à aider les femmes à occuper des postes clés dans la résistance. L’émancipation de la gent féminine devrait aider la population à changer de mentalité. Cette approche ne renie pas les valeurs familiales. Au contraire, il s’agit d’un pas à franchir pour assurer l’avenir du pays.

spacer

Leave a reply