ralentisseur-voie-urbaine

Choisir d’utiliser un ralentisseur pour sécuriser les voies urbaines

Les excès de vitesse et accidents dans les zones urbaines sont parfois multiples et imprévisibles. Il est alors important de prendre des mesures adéquates pour maintenir la sécurité routière. Les infrastructures dédiées pour cela sont très variées. A part les radars et les panneaux de signalisation, il existe aussi les ralentisseurs. Ils sont disponibles dans plusieurs types. Avant leur installation, il est essentiel de connaître les différentes normes qui les réglementent.

Qu’est-ce qu’un ralentisseur ?

Un ralentisseur, appelé aussi surélévation de chaussée, est un dispositif nécessaire destiné à la protection des usagers de la route. C’est un équipement résistant et robuste, conçu en caoutchouc recyclé de couleur noire avec des bandes réfléchissantes jaunes pour être visible de jour comme de nuit.

Ce dispositif sert à signaler les automobilistes ou les prévenir d’éventuels accidents qu’ils pourraient rencontrer en conduisant sur les voies urbaines. Il permet aussi de réduire et contrôler les excès de vitesse des conducteurs.

Ces ralentisseurs routiers sont disponibles dans plusieurs catégories. Il y a les ralentisseurs de type dos d’âne ou trapézoïdale et dont la hauteur et longueur peuvent être différentes. Il y a aussi les coussins berlinois qui sont plus petits et ne s’étendent pas sur toute la chaussée. Ils peuvent donc être contournés par les cyclistes. Quant aux plateaux, ils occupent toute la largeur de la chaussée et relient les bordures d’un trottoir à l’autre.

Quelles sont les normes adaptées à la mise en place de ralentisseur ?

Il existe plusieurs méthodes permettant de modérer les excès de vitesse des conducteurs, mais les ralentisseurs restent le moyen le plus efficace. L’installation d’un tel dispositif requiert cependant une bonne pratique. Et pour assurer une circulation harmonieuse, le respect de certaines normes est important.

Il faut savoir qu’un ralentisseur sur voie urbaine, comme son nom l’indique, est réservé uniquement aux agglomérations et les voies où la circulation est limitée entre 30 et 50 km/h. Les axes traversés par les véhicules de transport public ne doivent utiliser aucun ralentisseur. Il en est de même pour les voies empruntées par des poids lourds et dont le trafic est limité à 300 véhicules par jour.

Il ne faut pas oublier qu’un dispositif comme cela doit être dotée d’une excellente visibilité, d’où la présence de ses bandes réfléchissantes et sa couleur vive.

Quant à son installation, un ralentisseur doit être perpendiculaire à la chaussée et ne doit pas gêner l’écoulement d’eau. Sa hauteur ne doit pas dépasser les 10 cm.

spacer

Leave a reply